La gestion des ressources humaines dans les rédactions de Quebecor


Par François Demers (professeur Université Laval); Arnaud Anciaux (doctorant)

L’entreprise Quebecor est, sur la scène canadienne, une illustration particulière du processus (et objectif stratégique) de convergence, qui recouvre deux réalités: rapprochement structurel entre entreprises médiatiques; rapprochement des contenus entre supports – technologiques – différents.

Ainsi, la production de contenu d’information dans le groupe, depuis sa reconversion en force dans le numérique au tournant du siècle, a d’abord été marquée par la mise en place du portail général Canoe.ca. Puis, en 2009, Quebecor a lancé son agence de presse interne QMI pour Quebecor Media Inc.

La mise en place de ce mécanisme de convergence des contenus journalistes avait connu une avant-première en 2007 avec l’existence passagère de l’agence Nomade, pendant un dur conflit de travail au tabloïd Journal de Québec, aussi propriété du groupe (Incidemment, la création de QMI a accéléré la transformation de l’agence de presse nationale coopérative La presse canadienne, dont Quebecor s’est retiré au printemps dernier, en une agence privée au service de certains concurrents de Quebecor, dont Gesca, gestionnaire du quotidien La Presse et de Cyberpresse). QMI joue le rôle de portail interne pour assurer la mise en commun de toutes les productions du groupe en ligne. Elle développe les échanges et assure, au moyen d’un noyau de journalistes, un retraitement plus ou moins important, notamment de localisation/traduction. Aujourd’hui, les produits en ligne sur les différents sites du groupe sont de plus en plus signés du seul nom de l’agence. On retrouve par exemple nombre d’articles issus du groupe Sun Media (filiale principalement anglophone de Quebecor, comprenant également des quotidiens gratuits comme 24H Montréal) dans les pages du Journal de Montréal et de son site. Par ailleurs, QMI devient dans un même mouvement l’outil de commercialisation des espaces publicitaires pour le groupe en ligne. QMI est aussi au centre du conflit au Journal de Montréal, l’ancien média amiral du groupe dont la direction veut aujourd’hui réduire le personnel de 80%, et ainsi diminuer la rédaction de 50 à 60 journalistes. Les 253 employés du Journal ont été jetés à la rue le 29 janvier 2009 par une procédure de lock-out. Ils ont lancé le site d’information Rue Frontenac peu après leur mise à pied.


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.