« Le web est aujourd’hui au cœur de la rédaction »


L’arrivée d’Internet a bouleversé le journalisme. La cinquième table ronde sur l’accompagnement GRH au changement dans les rédactions est l’occasion de faire le point sur ce qui a réellement évolué au cours de ces dernières années.

Cinquième table ronde des entretiens du webjournalisme

Après les présentations des résultats des enquêtes d’Obsweb sur l’accompagnement RH au changement dans les groupes de presse et ceux de l’Observatoire des métiers de la presse sur la prospective des métiers, place au débat.

« Je me suis aperçu que la question centrale, c’est la question de l’appréhension du numérique dans les rédactions. Les gestionnaires ont malheureusement toujours le réflexe du journal papier. Eux même ne s’informent pas sur le net. » constate Olivier Brumelot, délégué régional France Télévisions Lorraine. Pour lui, l’important est de former des journalistes qui ont envie d’apprendre le numérique. A France Télévision, tout le monde reste sur ces certitudes, sur ce qu’il sait faire : « Le numérique, on y va, mais doucement ».
« Le web, outil des amateurs », c’est souvent ce qu’entend Olivier Brumelot : «  certains voient dans la mutation vers le numérique l’idée d’abandonner les règles de l’art et d’aller vers l’inconnu. De la part de la rédaction, on voit le numérique comme un levier de transformation des pratiques. »

Print et web enfin proches

Depuis quelques temps pourtant, les pratiques tendent à changer dans les rédactions. Marie Dubern est responsable du pôle gestion carrières et compétences au Figaro. « Avant, le web travaillait indépendamment de la rédaction papier. Puis, les deux se sont rapprochés. Depuis août dernier, le web est au cœur du dispositif, dans la newsroom. Tout autour de cette salle, on retrouve les services sport, politique…et au dessus, le service culture et le service technique. »
Les trois cent personnes du Figaro ont été formés en deux mois à l’usage et à la pratique liés au web. L’enseignement était composé d’un tronc commun et de différents modules : secrétariat de rédaction, iconographie et management. Pour Marie Dubern, le management est une clé pour accompagner la rédaction à ce changement.

Au Nouvel Observateur, même constat : « Le service web était au rez-de-chaussée, à l’écart des autres services. Il est aujourd’hui au troisième étage, c’est-à-dire à l’étage central, au milieu de la rédaction » analyse Aurélien Viers, rédacteur en chef de la web-rédaction.
Les journalistes ne sont généralement pas réticents à  apprendre à travailler sur le web. Au contraire, ce nouveau format attise leur curiosité même si il y en a toujours quelques-uns qui y sont hostiles : « Certains ne regardent jamais leur mail ! Mais ils sont rares »
Pour lui, se mettre au web lorsque l’on est journaliste « c’est vital ! »


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.