Eric Scherer : « Je suis un anti brouillard »


Pouvez-vous nous expliquer votre fonction ?

Je suis responsable de la prospective web et de la stratégie numérique du groupe France Télévisions. Nous tâchons de développer de nouveaux formats, expérimenter, tester… Je me considère comme un « anti brouillard », je dois éclairer les journalistes sur les nouvelles formes de traitement et d’écriture de l’information, pour donner du sens à la télé.

Comment se positionnent les entreprises de presse face à l’innovation à ce jour ?

L’innovation n’est pas encore assez intégrée par les dirigeants de presse. La situation n’est pas urgente mais cruciale. Il faut absolument adopter des stratégies de « digital-surf » pour tenter cette migration numérique qui est difficile économiquement mais qui est techniquement et éditorialement passionnante et possible.

Il y a beaucoup de progrès à faire dans les nouvelles formes narratives, dans l’utilisation de l’infographie animée, dans le trans-média. Les journalistes n’ont pas encore su s’adapter au fait de travailler avec de nouveaux corps de métiers, que sont les développeurs, les graphistes, les techniciens du web, les designers. Les journalistes ne savent pas toujours quoi leur demander, ce qu’ils sont capables de faire. Tout le monde a bien compris que tout se passait désormais sur le web. Mais sortir de sa zone de confort, ce n’est pas facile. Ca ne se passe jamais très bien quand on bouscule les habitudes. Mais on essaie d’expliquer que ce sera positif.

Les problèmes économiques auxquels font face les entreprises de presse depuis quelques années sont-ils un frein ou un moteur à l’innovation ?

Les deux. Un moteur car il faut se bouger vite, c’est stimulant. Un frein car on manque de moyens pour mettre en place tout ce que l’on veut. Je ne suis pas pessimiste pour le journalisme, je suis pessimisme pour la presse écrite qui ne veut pas ou qui ne peut pas se réinventer. La télé est touchée aussi car il y a de nouvelles manières de faire de l’information qui coûtent beaucoup plus cher qu’avant. Cela va poser problème aux vieilles méthodes de collecte, de production et de diffusion de l’information à la télévision.

Eric Scherer présentera la conférence inaugurale des 3èmes Entretiens du Webjournalisme, jeudi 29 novembre à 9h45 et sera présent lors de la table ronde n°1 sur le thème La place de la R&D dans les entreprises de presse.


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.