Cyril Petit : « L’application iPad du JDD, c’est offrir le journal avec le café »


L’atelier Obsweb de ce mardi 5 novembre questionne les nouvelles habitudes des mobinautes. Cyril Petit, rédacteur en chef technique du Journal du Dimanche, revient sur les choix éditoriaux et stratégiques dont fait preuve son journal en matière d’applications mobiles.  

Cyril Petit lors de la table ronde sur les supports mobiles.

Cyril Petit lors de la table ronde sur les supports mobiles.

Selon vous, quelles sont les attentes des lecteurs du JDD au niveau de l’information mobile ?

La très grande majorité de nos ventes est réalisée le dimanche de 8h à 13h, ce qui est peu. Les points de ventes étant de moins en moins nombreux, cela constitue une des raisons de la baisse des ventes de journaux… Nous avons des lecteurs très fidèles qui peuvent faire jusqu’à 15 km le dimanche matin pour aller acheter notre journal. Avec les supports mobiles, nous offrons aux lecteurs la possibilité d’avoir le journal chez eux et facilement : on l’offre avec le café du matin ! Et c’est plus rapide qu’avec l’abonnement classique au JDD : sauf à Paris, les abonnés le reçoivent le mardi. L’information n’est jamais pour autant périmée car nous faisons des dossiers et articles thématiques. Notre lectorat plutôt âgé n’est, en plus, pas dans la même logique de vitesse qu’un lectorat plus jeune. L’essentiel reste de se rapprocher du lecteur et les supports mobiles le permettent.

Pourquoi avoir lancé une application pour tablette en plus de l’application mobile déjà existante ?

C’est sur l’application du JDD sur iPad (via le kiosque Newstand Apple) que nous sommes le plus innovants. Plus que sur le JDD à la une (appli mobile gratuite) qui est assez classique outre quelques fonctions particulières comme les points de vente disponibles, ce qui me semble indispensable pour un journal qui ne sort que le dimanche. Notre application iPad innovante a été lancée le 6 octobre dernier après un an de travail : aujourd’hui, il y’a plus de 3.000 lectures chaque dimanche juste pour l’appli iPad. Depuis un mois, nous avons une augmentation de 20% des ventes ! Et nous la lançons tout juste sur Android…

cyril petit

L’application iPad du Journal du Dimanche.

Alors quel est l’apport réel par rapport aux autres éditions – papier et mobiles ?

De nos jours, il y’a trois types de mises en forme du contenu des quotidiens sur tablettes : PDF simple, PDF avec contenus supplémentaires et journal remaquetté et enrichi (le cas de Paris Match, qui a été le premier). Nous avons également fait ce choix de reformater tous les contenus du journal papier pour un confort de lecture optimisé sur iPad. Le mode de lecture est totalement déstructuré pour une lecture optimale. Nous refaisons des Unes spécifiques pour chaque rubrique, créons des mises en scènes spécifiques pour l’iPad (infographies interactives, vidéos, portfolios…). Mais attention, notre valeur, ce sont les infos qui sont les mêmes dans le JDD papier et tablette, il ne s’agit pas d’une version actualisée le dimanche. Le journal enrichi a un début, une fin, un déroulé et des relances. Le contenu reste le même une fois que le journal est bouclé : ce sont les informations que nous valorisons. Ce sont l’accessibilité et la hiérarchie qui sont modifiées pour plus de lisibilité. A tout moment le lecteur navigue de la mise en page papier à la mise en page tablette.

La mise en place et la production de cette application on-t-elles modifié l’organisation de la rédaction ?

L’appli est réellement innovante car il y’a eu réorganisation de la ruche : un rédacteur en chef adjoint dédié à l’iPad a été nommé. Il a travaillé à la conception avec la direction artistique du JDD et le rédacteur en chef technique (ndlr : lui-même). Nous travaillions également avec un chef de projet technologies et un développeur. Aujourd’hui, la solution est 80% automatisée grâce à une participation de chaque journaliste ou chef de service. Ils gèrent également la gestion du flux via notre système éditorial, cela ne leur prend que quelques minutes. C’est grâce à toutes ses petites pierres que l’appli peut marcher ! Les 20% restants sont gérées aussi par les secrétaires de rédaction. Le journal papier est bouclé à 0h15, la version iPad est à 2h30 en ligne, c’est un vrai travail de rapidité. Notre application iPad est un confluent de tous les contenus rédactionnels.

A lire aussi : « Les supports mobiles, nos nouveaux journaux »

Lison Lagroy


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.