Ainsi vit Le Monde


Le temps de la campagne présidentielle française de 2012, le cinéaste Yves Jeuland s’est fondu dans le décor de la rédaction du journal Le Monde pour réaliser un film documentaire, « Ainsi va Le Monde ». L’occasion pour le public des Assises 2013 de découvrir en avant-première les images de ce milieu hyperactif et en perpétuelle évolution.

La salle de rédaction est pleine comme un œuf. Les journalistes sont tous réunis autour du directeur pour débattre d’un sujet sensible : « Est-ce que Le Monde doit se positionner pour un candidat nommé ? » Les réactions fusent et mélangent aussi bien l’analyse politique que les traits acerbes sur les différents candidats. C’est une des séquences d’ « Ainsi va Le Monde », un film d’Yves Jeuland, dont les premières images ont été présentées mardi 5 novembre aux Assises du journalisme. Le tournage s’est déroulé pendant la campagne présidentielle de 2012, à l’heure où toute la rédaction du journal tournait à plein régime. L’objectif du réalisateur n’est « ni de raconter la campagne, ni de raconter l’histoire du Monde mais de raconter des histoires du Monde. » Comme certains ont envie de mettre un visage sur les voix d’une radio, Yves Jeuland a voulu découvrir qui se cache derrière le papier.

Yves Jeuland - realisateur/Leila Marchand

Yves Jeuland, réalisateur du film « Ainsi va le monde »/Leila Marchand

Avant le tournage, le réalisateur avait une image particulière des journalistes : « des hommes en costume-cravate ». Un préjugé vite tombé face aux différentes générations présentes au sein du Monde. Des hommes et des femmes de tous les âges fabriquant un quotidien devenu difficilement bimédia. L’émergence du web suscitant de nouvelles formes de journalisme, Le Monde a adapté ses supports et son organisation interne à ces nouveaux besoins.

Nabil Wakim - rédacteur en chef du Monde.fr/Leila Marchand

Nabil Wakim – rédacteur en chef du Monde.fr/Leila Marchand

Passé de chef du service politique à rédacteur en chef du Monde.fr, Nabil Wakim est un des acteurs de l’évolution du journal. Il a couvert la campagne présidentielle de 2012 en « print » et en web. « C’est un rythme de dingue », lâche Yves Jeuland en évoquant ses impressions post-tournage. Nabil Wakim associe cette hyperactivité du Monde à la naissance des réseaux sociaux. A ses yeux, le webjournalisme a pris de la vitesse grâce à l’émergence de Facebook et Twitter. Des outils devenus incontournables dans la société et, inévitablement, dans Le Monde.

Guillaume Barbet


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.