Ecoles : le nouveau labo des journalistes


Mardi, quatre écoles de journalisme ont présenté aux professionnels et aux futurs journalistes leurs innovations. Datalab, langage HTML ou contenus multimédias, les écoles s’adaptent aux nouvelles technologies.

Le journalisme évolue, l’enseignement aussi. Data journalisme, codage, plate-formes multimédia, à chaque école, son expérimentation. L’idée est simple : faire réfléchir les étudiants sur l’avenir de la profession.

Jacqueline Papet, journaliste et secrétaire générale de la CNMJ et animatrice de l’atelier « Quand les étudiants en journalisme innovent » revient sur les expérimentations qui l’ont marquée et leur possible utilisation. Elle répond aux questions de Pierjean Poirot.

Pour Edith Remond, responsable du master de l’IJBA et présidente du CEJ, « le journalisme doit s’ouvrir à d’autres compétences ». En 2012, l’IJBA crée le Datalab. L’objectif est de réaliser une enquête journalistique, à partir de données en accès libre, fournies par les collectivités territoriales. « Dans ce cadre, les étudiants ont collaboré avec des graphistes, des statisticiens, des cartographes, etc. » Elle ajoute : « La patience et l’empathie pour le métier de l’autre sont des qualités intrinsèques au journalisme ».

Alice Antheaume, Lucie Ronfaut, Jaqueline Piquet, Edith Remond, Mathieu Lehot - Quand les étudiants innovent / Marion Mellinger

Alice Antheaume, Lucie Ronfaut, Jaqueline Piquet, Edith Remond, Mathieu Lehot – Quand les étudiants innovent / Marion Mellinger

« A Sciences Po, à chaque semestre, on réajuste les programmes. On privilégie d’autres compétences, tout en gardant un socle de fondamentaux », explique Alice Antheaume, responsable de la prospective à l’Ecole de journalisme de Sciences Po. Les étudiants sont sensibilisés au codage HTML. « Je ne sais pas construire de voitures mais s’il y a un problème, je sais mettre les mains sous le capot » lance Lucie. L’étudiante en Master 2 à Sciences Po, l’affirme : « Apprendre le codage m’a aidée. J’ai passé cinq mois au Figaro et si je ne peux pas changer le back-office du site, je sais mettre des photos en ligne. »
Écrire ne suffit plus. Il faut savoir se distinguer tout en étant responsable, autonome et polyvalent.
Des écoles à l’écoute
D’ailleurs, le CFJ et l’EJDG ont choisi la polyvalence comme motivation. « Au travers de projets multimédias, les étudiants peuvent savoir ce qu’ils veulent et ce qu’ils valent » indique Julie Joly, directrice du CFJ. « Nous sommes aussi à l’écoute de leurs envies. » Au CFJ, par exemple les étudiants ont réfléchi aux « médias de leur rêves ». Il s’agit de leur donner la possibilité de faire plein de choses, d’essayer, de s’amuser, de se planter, car « ils n’auront pas la chance de le faire quand ils seront embauchés ».

Pour conclure, « les médias aujourd’hui évoluent aussi aux rythmes des innovations des écoles », souligne Julie Joly. « Il ne faut pas oublier que ce sont les gens que l’on forme aujourd’hui qui changeront les choses de demain », ponctue Florent Bouchardeau, formateur à l’EJDG.

Jennifer Montigny


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.