La tablette crève l’écran


Aujourd’hui, les articles pour tablettes jouent un rôle primordial dans l’évolution de la presse. Cheval de bataille ou simple outil de complément ? La question a été posée lors de la table ronde « Information pour les supports mobiles », mardi 5 novembre.

Cyril Petit, Yann Guegan, Alexandre Sirois - Quelle information pour les supports mobiles / Marion Mellinger« Dans l’idéogramme chinois du mot crise, il y a ‘danger’ et ‘opportunité’. On espère que pour nous ça sera une opportunité ». Alexandre Sirois, responsable des pages « Monde » de La Presse +, entend bien profiter de la crise qui frappe la presse papier. Le but est de réinventer de nouveaux modes de diffusion d’articles.

Pour passer du papier à la tablette, le quotidien québécois a établi un projet sur quatre ans. Plus de 100 journalistes ont été recrutés et 40 millions de dollars ont été investis pour créer « le quotidien du futur par le fond et la forme, avec plus de profondeur que le journal papier ». Des ambitions qui se traduisent par d’autres chiffres : 300 000 téléchargements depuis le lancement du format tablette en avril dernier. Outre la gratuité, d’autres facteurs contribuent à l’évolution du modèle. L’interactivité et la créativité seront au cœur du métier. « Le texte n’est plus nécessairement la porte d’entrée principale d’une information : ça peut être une infographie, une galerie photo, une vidéo. Ce qui implique une évolution du rôle du journaliste », explique le responsable québécois.

« Le but de la tablette est de s’inviter dans le lit du lecteur »

En France également, les journaux se préparent à investir les tablettes, portés par l’évolution de ce marché. En effet, selon Médiamétrie le nombre de foyers français possédant une tablette a quasiment doublé en un an. Au premier trimestre 2013, 18% en possèdent une. Plusieurs médias français tels que le Journal du Dimanche ou Rue89 ont donc lancé leur format tablette. Contrairement à La Presse+, ils utilisent uniquement ce support comme un complément de la version papier ou web. « Notre force est ce qu’il y a dans le journal papier, c’est ce que nous devons mettre en valeur. L’info est la même sur tablette. On ajoute un peu de contenu » souligne Cyril Petit, rédacteur en chef du Journal du Dimanche. Et ajoute : « Le vrai plus éditorial, c’est qu’on a créé une ‘une’ par rubrique ». Disponible sur le net depuis un an et demi, ce format du JDD n’a rien coûté au journal en termes humains. L’ex-pensionnaire de l’ESJ de Lille soutient qu’il est de plus en plus compliqué de se rendre à un kiosque. De plus, il admet que le dimanche est un jour où certaines personnes ont envie de rester chez elles. Partant de cette hypothèse, il affirme que : « La tablette favorise l’immobilité. Son but est de s’inviter dans le lit du lecteur ».
Une position que partage Yann Guéguan, webmaster éditorial pour Rue89 : « Sur tablette, il faut parler aux yeux, au cerveau et aux doigts du lecteur. Il doit avoir une consultation confortable sur son canapé ou au fond de son lit ». Le journal, né en ligne en 2007, lancera le 29 novembre Rue89 Week-end sur tablette. L’objectif de l’application sera de combler l’utilisateur et lui créer une expérience de lecture la plus complète possible. « Le contenu est interactif. Il y aura une BD hebdomadaire, des illustrations artistiques et des surprises. »


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.