Sout el shabab – La voix des jeunes


Fiche d’identité

  • Un webdocumentaire de Pauline Beugnies, Nina Hubinet, Rachida El Azzouzi, Marion Guenard
  • Produit par le studio hans lucas
  • Réalisé avec le soutien de France Culture et le CNC.
  • Hébergé par le site radio France.
  • Lauréat du le prix méditerranéen du journalisme de la fondation Anna Lindh
  • Durée totale de lecture 45 – 60 minutes

Ce webdocumentaire revient sur la révolution de 2011 en donnant la parole à cinq jeunes égyptiens. Tous ont un profil différent:

  • Ammar – L’artiste. Il a d’ailleurs réalisé les dessins utilisés pour l’habillage du webdoc.
  • Imen – La soeur musulmane
  • Kirilos – L’étudiant copte
  • Soleyfa – L’activiste de Tahrir
  • Ayman – Le militant de Suez

Il se compose en trois chapitres:

  • La parole libérée ( les égyptiens osent dévoiler leurs convictions )
  • Une génération en construction ( la jeunesse égyptienne s’implique dans la construction de leur pays )
  • Une révolution intime (le bouleversement dans la vie privée, les habitudes, les convictions)

Narration et cheminement

Deux types de lectures sont possibles, par chapitres ou en fonction des personnages. Lorsque l’on se déplace dans le webdocumentaire pour la première fois, l’onglet “la voix des jeunes” s’ouvre automatiquement. On comprend rapidement que l’on peut également se laisser guider au grès des tableaux, en déplaçant notre curseur soit vers la gauche soit vers la droite.

Un fond sonore est toujours présent, il n’évolue pas en fonction des chapitres. Pendant 15 minutes, des gens scandent des slogans, font exploser des feux d’artifices, rigolent, parlent, font du beatbox, du rap….

Par chapitre

Une petite présentation du contenu de ce “chapitre” est disponible lorsque l’on survole l’intitulé de la partie.

Il est possible de sélectionner différents tableaux. Dès que l’on passe dessus seul le titre apparaît. La seule manière de savoir ce que contient ce tableau (qui parle? de quoi?) est de visualiser le contenu. Peut-être aurait-il été plus judicieux d’attribuer une couleur à chaque personnage. Ainsi, à chaque fois qu’il apparaît dans un tableau celui-ci serait entouré de cette couleur.

En fonction des personnages

Dans un premier temps, les personnages sont présentés en fonction de leur nom et de leur place dans la société.

Une fois que l’on a sélectionné un personnage on a une courte biographie ainsi que la liste des “tableaux” dans lesquels il apparaît.

Côté participatif ?
L’internaute subit la forme du webdocumentaire, il ne peut pas intervenir.

Contenus numériques

Vidéos
Constitue la majorité des contenus numériques du webdoc. Ce sont des productions de grandes qualités dans lesquelles on rencontre d’autres acteurs de la société égyptienne (prêtre copte, électeurs,…).
Les sons d’ambiance sont omniprésents pendant les interviews (télé allumée, musique, bruit de foule) ce qui dynamise le format, un peu trop long à mon goût, des vidéos (4-5min).

Diaporama sonore
Il n’y en a que deux (Imen en campagne, les mariés du 25). Très bien réalisés, ils contiennent de magnifiques photos.

Coup de coeur et critiques

Points positifs

Le son coup de coeur
Le fond sonore du webdocumentaire est super. La compilation de sons très diverse complète parfaitement le panorama que nous offre les témoignages des cinq jeunes. On a une vision très éclectique de la révolution égyptienne.

Les couleurs
Elles permettent de rendre plus attrayant le webdocumentaire cela compense le manque d’interactivité.

Les tableaux
Ils sont très divers, beaux et on les identifie facilement.

La simplicité de navigation
On peut rapidement faire des retours en arrière et accéléré pour se rendre au chapitre voulu.

Points négatifs

Le manque de diversité dans les supports numériques
Il y a énormément de vidéos. Elles sont longues (4-5m). Cette impression est renforcée par le fait que l’on doit lire des sous-titres. Les lieux et les personnes évoqués me sont parfois totalement inconnus (et elles le resteront jusqu’à la fin du webdoc). C’est dommage car les vidéos sont vraiment de très bonne qualité. Avec ce genre de format, il aurait été peut-être plus judicieux de réduire la durée des vidéos ou de multiplier les silences.

La présentation des informations écrites
Avant chaque vidéo, un carton noir donne quelques informations sur le contenu de la vidéo. Plusieurs fois je n’ai pas eu le temps de les lire.
De plus, beaucoup de lieux sont mentionnés, il aurait été intéressant de favoriser une carte interactive pour voir où l’on se situe.

Autres points
On ne peut pas avancer dans les vidéos.
Des vidéos ne se lisent pas correctement. La lecture ne démarre pas où s’arrête au milieu de la vidéo.

Conclusion

L’esthétisme prime dans ce webdoc. L’interactivité se cantonne au strict minimum. L’aspect participatif est quant à lui réduit à néant.

Choix judicieux car la trame éditoriale repose sur un sujet qui ne nous concerne pas directement (contrairement à la mort où aux questions de l’énergie). Ce webdoc permet de mettre des visages sur la vague humaine qui a envahi la place Tahrir en 2011. On apprend, on écoute.


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.