Artiste ou vandale ? Graf toujours !


Fiche d’identité

  • Production Canopy Banque des savoirs – CG91 (Essone)
  • Conception et Réalisation : Marina Julienne
  • Images : Sylvain Drécourt, Wilfrid Sempé, Laurence Laux
  • Montage : Marion Dejean
  • Musiques : Xavier Desandre-Navarr
  • Durée : environ 40mn de vidéos
  • Mars 2013

Narration et cheminement

page d'accueilIl n’y pas d’histoire dans le sens où il n’y pas vraiment de début, ni de fin. On peut débuter où on veut. On comprend toujours ce qui se passe peu importe la vidéo par laquelle on commence. D’autant que la page d’accueil ne remplit pas vraiment son rôle : elle ne présente le sujet que très brièvement. Le webdoc ne comporte pas de vidéo d’introduction : on n’est donc pas plongé dans une ambiance. On ne cherche pas vraiment à attirer l’internaute. Seul le symbole plus présent sur chaque page les décrit superficiellement.

La page d’accueil comporte un premier menu de 5 parties avec chacune 2 ou 3 vidéos d’une minute ou moins. Cela permet une introduction superficielle au sujet et une première rencontre avec les différents intervenants du webdoc.

Pour naviguer, plusieurs solutions s’offrent à l’internaute. On peut utiliser le menu qui s’affiche en bas de l’écran. Il présente les différentes grandes parties (par personne, par lieu).

pestIl y a aussi l’option « petits points oranges et gris » qui permet de voyager mais il est impossible de savoir vers quelle partie on se dirige. Enfin, on peut cliquer sur la flèche placée sur le côté qui indique le nom de la personne ou du lieu qui va ensuite être présenté. L’inconvénient est qu’on ne peut qu’avancer et pas revenir en arrière.

Une fois entré véritablement dans le webdoc, on accède à différentes parties. Chacune centrée soit sur une personne, soit sur un lieu. Lorsqu’une personne est présentée, plusieurs options s’offrent aux internautes: vidéos de présentation, visualisation d’œuvres, etc. Les parties sur les lieux sont l’occasion d’une visite en compagnie des personnes qui le fréquentent (lieu d’exposition, tunnel où les tags sont tolérés,…).

Aspect interactif

L’internaute peut choisir quelle partie regarder, dans quel ordre. Il possède une liberté absolue et contrôle la façon dont il découvre le webdoc. En revanche, il ne peut effectuer qu’une activité à la fois. Lorsqu’il lance une vidéo, il n’y pas possibilité de faire autre chose en même temps. On ne peut pas la laisser tourner et regarder les photographies des œuvres par exemple. Lorsqu’on lance le diaporama pour observer les œuvres, l’interactivité est nulle. Là encore, il faut juste regarder sans possibilité d’agir.

Contenus numériques 

tagsLes supports utilisés sont assez basiques. Les présentations, rencontres et visites sont au format vidéo (viméo). Pour observer les œuvres, ce sont des photos ou des diaporamas qui sont proposés aux internautes.

Les textes sont peu nombreux : présentation de chaque page en quelques mots et extrait du livre de l’ethnologue.

Critiques 

Les plus
Le thème est bien traité avec des intervenants qui apportent chacun un point de vue, une vision intéressante. Le graphisme est plutôt agréable. Il n’y a pas de musique d’ambiance, ce qui peut être un avantage car au moins, il n’y a pas de risque de lassitude à ce niveau-là.

Les moins

A chaque fin de vidéos, on nous propose d’autres vidéos qui n’ont rien à voir.

La page d’accueil sans vidéo introductrice ne donne pas forcément envie de se plonger dans le webdoc.

Les vidéos ne sont pas reliées entre elles : il n’y pas de véritable histoire.

On ne sait pas toujours à quoi s’attendre. Sur la page d’accueil, la rubrique identité ne présente pas les tagueurs comme on pourrait s’y attendre.

Lors des vidéos de rencontre, la même musique est utilisée tout le temps.

Certains liens ne marchent pas.

Les supports ne sont pas assez variés.

Le graphisme des vidéos est peu esthétique, notamment l’encart avec les noms des interviewés.


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.