Les filles de Gerland


Webdoc : Les filles de Gerland

Auteurs et réalisateurs : Jean-Louis  Rioual (documentariste-radio), Natacha Boutkevitch (photographe) et Laurent Burlet (journaliste à Rue89 Lyon)

Diffuseur : Rue89Lyon

Date de mise en ligne : 22 novembre 2013

Faisant suite au vote de l’assemblée nationale en faveur de la loi sur la pénalisation des clients de prostitués, ce web documentaire nous propose de suivre le quotidien et le parcours de trois femmes (Tina, Rihanna et Karen) désormais en sursis sur leur lieu de travail à Lyon, le quartier de Gerland.

Vidéo d’introduction :
C’est en mouvement, à l’intérieur, d’un véhicule que débute le voyage. Des voix des femmes prononcants des phrases fortes comme « on doit bloquer nos sentiments, on est dans un autre monde », « on est des mauvaises filles, alors forcément on a rien à faire dans la société » résonnent aux oreilles de l’internaute; accompagnées par des textes explicatifs rappelant le contexte et le problème qui se pose pour l’avenir de ces femmes. Cette volonté de contextualisation aussi bien géographique que situationnel permet d’ouvrir le web documentaire à travers les différents questionnements qui l’ont construit. Le trajet réalisé durant cette vidéo d’introduction donne l’occasion de visionner le chemin à parcourir d’une place centrale de Lyon (place Belcour) jusqu’aux emplacements des camionnettes, de se mettre mettre à la place des clients aussi bien que des journalistes.  L’exploration peut commencer nous sommes arrivés chez les prostitués.

Navigation :
Une musique extrêmement redondante réalise la transition entre la vidéo d’introduction et le menu principal. Très sobre mais esthétique, celui-ci se présente sous la forme d’une carte de Lyon. De point en point, le visiteur s’y déplace via une icône en forme de camionnette et  il lui est possible d’y revenir qu’importe l’endroit où l’on se trouve dans le web documentaire. Chaque point aborde un sujet précis en rapport avec la vie et le quotidien des prostitués. Deux façons de naviguer sont proposées à l’internaute, avec pour chacune une interface différente:

– Une navigation linéaire qui induit un certain ordre dans la lecture des sujets. Ces derniers sont indiqués les uns à la suite des autres en bas de l’écran, avec en fond, deux photographies en rapport avec le thème qui se succèdent. Malgré le placement des sujets les uns à la suite des autres et la proposition mise en avant via le plein écran, le visiteur reste libre de décider de l’ordre de lecture des sujets.

– Une navigation aléatoire qui laisse le choix au visiteur dans l’ordre de lecture. On y retrouve les mêmes sujets qu’à l’intérieur de l’interface linéaire. Toutefois, la navigation aléatoire présente plus de choix que la précédente avec notamment du contenu administratif et juridique ainsi qu’une Timeline permettant de retracer l’histoire des procédures à l’encontre des prostitués depuis 2003 jusqu’à nos jours. Le visiteur peut également, à travers cette interface, avoir accès aux dernières actualités à propos du sujet.

Sur la carte, en haut à droite de l’écran, se trouve un encart « menu ». Celui-ci permet à l’internaute d’avoir des informations concernant les différents protagonistes du web documentaire (journaliste et prostitué), sur son histoire et la démarche opérée. Une icône explicative est placée dans le coin inférieur gauche de l’écran et permet au visiteur de comprendre le mode de navigation du web documentaire.

Erreur : On trouve sur la carte un point « acte sexuel » dont le contenu se présente sous la même forme (diaporama sonore) que les autres thèmes traités. Ce point n’est pourtant pas présent à l’intérieur de l’interface linéaire. Son contenu ne s’affiche pas de la même manière que les autres diaporamas sonores en n’occupent ici que le centre de l’écran (au lieu de la totalité).

Le Contenu :

C’est sous la forme de diaporamas sonores que sont présentés les différents sujets. Le visiteur aborde chaque thème via un défilement de photographies sur lequel se pose la voix des prostitués. Concernant le son, les interventions courtes avec des propos forts voir crus sont privilégiés. Les silences servent de transitions entre les interlocuteurs ou permettent de mieux s’imprégner de l’ambiance du web documentaire, de se concentrer sur les images. Pour les photographies, celles-ci alternent entre prise de vue d’ensemble avec un contenu net et des clichés flous comme volés ou réalisés à l’arraché. On remarque que les prostitués n’apparaissent jamais face à l’objectif, une certaine pudeur vis à vis de ces femmes est respectée. Pudeur qui contraste avec des propos durs mais souvent prononcés avec calme et une certaine douceur.

Capture d’écran 2014-09-16 à 15.53.33

Points Faibles :

  • Mis à part les commentaires, aucune fonction participative n’est présente dans ce web documentaire.
  • Difficulté de lecture avec un autre navigateur que Google Chrome
  • Longueur dans le chargement des diaporamas sonores ou de la vidéo d’introduction

Points Forts :

  • Capacité d’immersion dans un milieu peu accessible
  • Richesse des propos, humanité, permet d’avoir une vision nouvelle et plus claire sur la situation des prostitués
  • Très complet
  • Ambiance générale crée par la musique, les photos, les silences, les voix
  • Graphiquement simple et esthétique

A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.