Basile Simon: « On est très libre au News Lab BBC »


Un Français qui travaille à l’étranger, ce n’est pas rare. Basile Simon est de ceux-là. Et il ne travaille pas n’importe où. Son bureau ? Le News Lab de BBC. Obsweb Mag l’a rencontré aux huitièmes Assises Internationales du Journalisme où il prenait part à la table ronde « Algorithmes et prédictions d’informations : dangers ou opportunités pour le journalisme ? »

"Un hacker, ce n'est pas un russe dans une cave qui pirate des serveurs", explique Basile Simon.

« Un hacker, ce n’est pas un Russe dans une cave qui pirate des serveurs », explique Basile Simon.

Qu’est-ce-que le News Lab de la BBC ?

Le Lab existe depuis 2012. Il fait partie de plusieurs départements, au sein de BBC Connected Studio, lui-même au sein du pôle R&D. Des ingénieurs, des développeurs, des étudiants y travaillent. L’intérêt, c’est de mixer les compétences et d’accoucher de projets multiples et variés. On a la chance d’avoir un budget… considérable. Ça nous donne une vraie liberté de travail. On aime se dire qu’on est à la pointe de l’innovation.

En quoi consiste votre travail de « hacker-journalist » au Lab ?

On est très, très libre, donc moi j’aime bien me lever tard. J’arrive au boulot vers 10h, 11h et je pars relativement tard le soir. Vers 9h, 10h ou 11h le soir. Mais il n’y a pas de journée-type. Les choses vont tellement vite. On évite les meetings à rallonge, les discussions trop longues. On reste sur du développement, du prototype. On a un mur rempli de post-it, ce sont des tests utilisateurs. On fait venir des gens, ils essaient nos applications.

Je ne suis pas un hacker au sens fantasmé. Un hacker, ce n’est pas un Russe dans une cave qui pirate des serveurs. Ce n’est pas ce que je suis. C’est quelqu’un qui construit des trucs. On me donne un téléphone, je vais l’ouvrir pour voir comment il fonctionne. C’est de la curiosité, c’est apprendre par l’expérience, par l’itération. »

Comment travaillez-vous avec vos collègues ?

La BBC est tellement grosse… Impossible de connaître tout le monde. La communication interne en est devenue difficile. On tâche donc de bien rester en contact, de se donner des nouvelles régulièrement et partager des connaissances. Il faut absolument éviter de faire deux fois la même chose. C’est le cas de notre travail sur les élections 2015. On va faire venir des collègues du service politique chez nous, au Lab, il ne faut pas qu’ils arrivent et nous disent « Vous avez complètement loupé ce dont on va parler aux élections. » Le plus clair de notre temps, on le passe à tester les applications, à recommencer. Mixer nos compétences permet d’améliorer chaque jour nos outils. Chaque jour, on apporte un plus.

Pour aller plus loin :


A propos Obsweb

Le programme de recherche OBSWEB - Observatoire du webjournalisme (CREM - Université de Metz) étudie les transformations en cours au sein de la presse d’information avec l’avènement d’Internet et de l'écriture multimédia.