Mapbox : une alternative au géant Google Map?


Depuis Google Map, la toile voit naître des générateurs de carte incluant eux aussi la possibilité de poser des marqueurs, tracer des lignes et autres objets utiles. Sur le papier, c’est simple, mais en vrai, c’est un parcours du combattant. Mapbox fait partie de ses cartes web alternatives.

Avant toutes choses, il faut créer un compte. Celui-ci est de base gratuit, et permet un stockage de 100 Mo. Suffisant pour commencer à créer ses propres cartes. Tout comme Google Map, il est aisé de poser des marqueurs, y intégrer du textes et des liens, de tracer des lignes. Cependant la création d’itinéraires revient tout de suite plus compliqué que son homologue, il faudra passer par un API (Application Programming Interface), et là, pour un neophyte, c’est inaccessible.

Au pays de Mapbox, le codeur est roi

A première vue, l’utilisation basique sur le site ne permet pas grand chose, mais c’est sans compter sur les possibilités du codage. Se creuse alors le fossé entre un novice et un maestro du langage informatique.


Voici tout ce qu’un novice peut réaliser aisément sans codage : peu de choses

Inutile de chercher sur le net un Tutorial digne de ce nom. Malheureusement, si on ne possède par les compétences minimums au codage, API et autres termes utilisés par les aficionados du domaine vont vous mettre KO.
La réalisation de cercles kilométriques afin d’estimer une distance à vol d’oiseau semblerait simple, et régulièrement utile. Pourtant il faut passer par le codage. Le constat est le même concernant Google map, lui même très friand de ce concept laborieux.

Afin de découvrir le véritable secret de ce fameux API, j’ai demandé l’aide d’un développeur. Après de nombreuses explications, la complexité apparente de ce procédé semble se confirmer ; la fameuse Interface de Programmation est belle et bien inaccessible au néophyte et demandera de nombreuses heures d’apprentissages avant d’arriver à des résultats probants.

Mapbox et Libération
Voici un exemple d’usage par Libération, le résultat est probant

Plus beau que Google

Ce que les internautes reconnaissent unanimement à propos de Mapbox, c’est son aspect esthétiquement poussé. Les styles sympathiques proposés de base et la possibilité de réaliser soit même un style via le Mapbox studio (petit logiciel proposé au téléchargement). Cet outil permet de bricoler des cartes bien sympathiques où le codage est à nouveau présent, mais un peu plus accessible au néophyte que l’API si souvent mis en avant.

Parmi les styles de bases prédéfinis, on trouvera néanmoins déjà son bonheur, l’ajout du style pirate est particulièrement plaisant.

Suite à l’utilisation de Mapbox studio, une question se pose. Pourquoi n’existe-t-il pas une application similaire pour éclaircir l’utilisation API si souvent mise en avant par les férus du mapping? La question restera certainement sans réponse!

Mais l’éditeur de carte pousse le vice plus loin. Mapbox propose aussi un framework permettant d’incorporer des animations diverse. Le Mapbox Gl permet donc d’animer une carte, d’ajouter le mouvement des marais et, dernièrement, grâce à un partenariat avec

L’aéroport de Beijing vu de l’espace

Mapbox reste un outil aisé a utiliser pour un usage basique mais ses possibilités, énormes, sont hors de porté de l’internaute classique. Beaucoup préféreront de loin revenir sur Google map où, malgré son utilisation surabondante sur les sites d’informations, restera une solution plus simple et plus rapide pour des pratiques de bases.