Sway & Bunkr, les nouveaux outils de présentation numérique


Vous en avez marre de PowerPoint ? Vous jugez ce logiciel trop classique ? Pour personnaliser vos présentations, deux outils sont à votre disposition sur Internet : Sway et Bunkr. Ces derniers permettent d’enrichir simplement votre contenu en y intégrant des tweets, des graphiques ou encore des vidéos. L’occasion de compléter vos articles de manière originale. 

Sway

Sur le plan esthétique, une présentation Sway est très agréable à consulter, plus dynamique et enrichie qu’un simple PowerPoint. Il suffit de scroller pour afficher les différents contenus dont la disposition ne ressemble en rien à PowerPoint et fait plus l’effet d’une mosaïque.

Capture d'écran Sway

Sur la gauche de l’écran, on aperçoit l’architecture et les rubriques de la présentation. L’aperçu, lui, s’affiche à droite. Pour passer de l’un à l’autre il faut appuyer sur le bouton indiqué par la flèche noire Quand le projet est prêt, il peut être partagé et intégrer en cliquant sur le bouton pointé par la flèche rouge.

Plusieurs onglets sont mis à disposition :

Sway onglets

      – « Import » sert à importer des médias (photo, vidéo, tweet…etc) en effectuant une recherche directement depuis Sway. Si on souhaite intégrer une vidéo YouTube par exemple, il suffit de taper le nom de cette vidéo dans la barre de recherche Sway. Pas besoin de code embed.

      – « Cards » sert à mettre en forme la présentation quand on veut y ajouter du texte, un chapitrage ou encore organiser un groupe de photo. Cet onglet sert également à intégrer du contenu en utilisant un code embed (contrairement à « Import »).

      – « Navigation » sert à configurer le sens de la navigation du Sway (horizontal ou vertical).

Voici pour exemple, une présentation réalisée spécialement pour ce test:

Si les présentations Sway présentent un côté très dynamique et innovant, l’outil en est encore à sa version bêta et de nombreux défauts se font ressentir. Dans l’organisation de sa présentation notamment. La disposition des différents éléments intégrés se fait automatiquement. Il est impossible pour le créateur de les placer manuellement avec précision. Conséquence : la présentation peut se retrouver avec de grands espaces vides qui alternent son esthétisme.

L’outil n’étant pas complètement terminé, de nombreux codes d’intégration ne sont pas encore supportés.

Mais le côté inachevé de Sway laisse espérer de nombreuses améliorations.

Pour voir un exemple de présentation Sway bien maîtrisée, cliquez ici.

Bunkr

screenshot-bunkrapp.com 2015-05-15 13-28-17 copie

Le tableau de bord de Bunkr est très similaire à celui de PowerPoint. Sur la gauche, il est possible de passer d’un slide à un autre en cliquant sur sa miniature.

Ensuite, pour chaque diapositive, quatre mises en forme sont possibles. C’est à l’internaute de choisir s’il ne veut que du texte, du multimédia, une diapositive partagée en deux parties…etc

Bunkr Mise en forme

L’utilisation de Bunkr est extrêmement simplifiée comparée à Sway. Il suffit de choisir l’endroit où l’on souhaite ajouter du contenu et copier le code d’intégration du média voulu.

Une fois terminé, votre projet peut être consulté très facilement par l’internaute. Il lui suffit tout simplement de passer d’une diapositive à une autre en cliquant.

Si Bunkr est un outil très facile à prendre en main, on ne peut s’empêcher de noter quelques aspects négatifs.

Tout d’abord, les possibilités de l’outil sont assez limitées concernant la forme, surtout comparés à ce qu’il est possible de faire sur Sway. Avec seulement quatre formats disponibles pour chaque diapositive, on ressent rapidement une redondance.

Ensuite, l’outil rencontre de nombreux problèmes en termes d’intégration de contenu. Un graphique infogr.am, par exemple, sera en partie tronqué sur Bunkr et ce même en essayant de bricoler un peu le code embed.

Voici une présentation Bunkr réalisé dans le cadre de ce test :

 

Ainsi Sway et Bunkr permettent de personnaliser vos présentations. Mais pour la prise en main, rien de tel que d’essayer par vous-même afin de bien comprendre les limites des deux outils.