La Chine, une île numérique isolée


Pourquoi la Chine est-elle une île isolée en sursis face à l’univers numérique mondial ?

Dès l’émergence d’Internet en Chine dans les années 90, des entreprises du pays ont tout de suite mesuré l’opportunité qui s’offrait à elles et ont investi la place d’emblée. Ces géants d’Internet que sont aujourd’hui Baidu (Google chinois), Weibo (Twitter chinois), ou encore Kai Xin Wang (Facebook chinois) se taillent la part du lion et composent avec les 700.000.000 internautes chinois, soit 45.8 % de la population (250.000.000, soit 8,5 % en 2005). A l’instar des Etats-Unis, la Chine a désormais ses propres réseaux Internet. Non seulement, ils sont aussi puissants mais ils ne laissent plus de place aux entreprises étrangères qui ont manqué le coche, comme Google en 1997, incapable de s’adapter au marché et aux besoins des utilisateurs chinois.

ééé

Depuis 2009, la Chine censure les sites et réseaux sociaux internationaux : Google, Twitter, YouTube, Bloomberg et le site du New-York Times. Cette mesure concerne presque tous les domaines comme la politique, l’économie, la culture, les médias, la vidéo, la communication… En 2014, les Chinois, qui avaient un compte Gmail, ne pouvaient plus y accéder. En effet, une véritable guerre s’est installée entre le gouvernement chinois et Google. La société américaine a refusé de céder à la politique chinoise de la censure des mots jugés “sensibles” par l’Empire du milieu. Par conséquent, elle a fermé son moteur de recherche en Chine continentale, et plusieurs autres services qu’elle proposait, ce qui lui a fait perdre presque 700.000.000 d’utilisateurs chinois. Bien sûr, dans les médias chinois, rien ne précise les raisons officielles de ces conflits. Toutefois, selon les autorités, tous ces sites, désormais prohibés, n’étaient pas conformes aux règlements et aux lois du pays. Même les Chinois ne comprennent pas ces mesures. Si les raisons officielles ne sont pas très claires dans les médias chinois, en France et aux Etats-Unis les hypothèses sont nombreuses.

&&&

Pourquoi les réseaux sociaux internationaux sont-ils morts en Chine ?

Depuis que «Great Firewall of China» (le bouclier doré) est né, le gouvernement contrôle de plus en plus sévèrement toutes les informations. Par exemple, le nombre de mots “sensibles” a sérieusement augmenté. La liste est renouvelée une à deux fois par mois. Cela suscite des conflits entre de nombreux sites étrangers et le gouvernement chinois.

Face à cette situation, les entreprises étrangères font des efforts pour trouver une solution car il est difficile de faire une croix sur 700 millions d’usagers chinois. Mais personne n’y arrive. Un mémoire de l’université d’Harvard « Localized Google search result exclusions » étudie des exemples en France et en Allemagne et donne des pistes d’amélioration. Au début, 113 sites ont été bloqués par Google dans les deux pays en raison de contenu sur la suprématie blanche. Mais après les avoir supprimés, Google a continué de fonctionner. Face à la même situation en Chine, Google n’a pas réussi à cause de deux raisons principales,comme tous les réseaux sociaux internationaux.

3333

Premièrement, les réseaux sociaux internationaux ne connaissent pas bien l’environnement chinois. En fait, tous les médias qui permettent une diffusion d’informations non contrôlées, sont considérés comme subversifs, et à ce titre, bloqués par le gouvernement chinois. En d’autres termes, l’auto-régulation n’existe pas : la politique chinoise contrôle tout. Par exemple, en 2014, le mot Hong Kong a disparu des réseaux sociaux en Chine continentale à cause de la célèbre manifestation de septembre 2014. Au même moment, le réseau social Instagram est banni de Chine pour la même raison. Les dirigeants chinois ne voulaient pas voir, sur un site de partage, des photos qui pourraient représenter une menace pour sa politique, comme les messages écrits de certains réseaux sociaux. Si, de la même façon, plusieurs réseaux sociaux internationaux, comme Twitter ou Facebook, sont censurés ou inaccessibles la plupart du temps, Youtube, Yahoo et Google sont bloqués en Chine. Par contre, les règles ne semblent cependant pas être les mêmes pour tout le monde. Par exemple, si XI Jin-Ping, le président de république populaire de Chine, poste des photos sur Instagram, on peut les voir sur Internet sur tout le territoire même si Instagram est également bloqué en Chine.

Deuxièmement, les réseaux sociaux internationaux ne connaissent pas les besoins de la population chinoise. Ils pensent que ceux-ci sont identiques aux autres pays. Mais, c’est faux ! Le preuve, la population s’en passe facilement. Qu’est-ce que les Chinois utilisent? Les versions chinoises de ces mêmes sites : le moteur de recherche Baidu pour Google, Youku pour Youtube, Weibo pour Twitter ou encore Kaixinwang pour Facebook. Autement dit, dans leur vie, ils n’utilisent pas Facebook, Twitter ou YouTube. Ils peuvent communiquer avec des gens ou chercher des informations sur Internet, en passant par Wechat , Weibo ou Baidu. Cependant, 30% d’entre-eux ont tout de même besoin des réseaux sociaux mondiaux. Pour cela, ils doivent passer par un VPN (Virtual Private Network), qui permet de se connecter en passant par un autre pays. Mais, c’est un outil qui demande une certaine maîtrise des technologies numériques. Par contre, pendant des périodes sensibles, comme la manifestation à Hong Kong, même le meilleur des VPN ne pouvait pas accéder à Google ou Instagram.

Le futur de la Chine

Le blocage des réseaux sociaux internationaux pourrait être contre-productif pour la Chine. Les internautes chinois, bien qu’indifférents aux évènements lointains ou aux informations étrangères, pourraient se demander pourquoi certains outils qui étaient présents un temps en Chine, sont désormais bloqués. Pourquoi Internet, qui s’est développé si rapidement, et a rapproché les gens du monde entier par le partage de l’information, se retrouve-t-il aujourd’hui bloqué ? Si Internet perd ce précieux avantage, qu’est-ce qu’il restera ? Maintenant, tout le monde prend connaissance facilement de ce qui se passe sur la planète, sauf… la majorité des Chinois à cause de leur gouvernement.

En Chine, les jeunes sortent du pays et découvrent, désormais de leurs propres yeux, la planète où ils vivent. Le gouvernement peut fermer la porte pour se défendre des étrangers mais il n’empêchera pas les Chinois d’ouvrir la porte par eux-même et d’en sortir.