Un jour ordinaire pour Léo Creumeu


Cet article fait partie du dossier « Dans dix ans ? Les dystopies du MJMN »

Léo Creumeu, 31 ans, est ingénieur en génie civil à Guéret, dans la Creuse. Tous les jours, c’est le même rituel. Xiana, son assistante personnelle virtuelle, le réveille et lui organise sa journée. Une vie qu’il ne pourrait aujourd’hui jamais concevoir sans les nouvelles technologies. Ces dernières sont indispensables en 2027. Récit d’une journée ordinaire de Léo.

Il est sept heures, la Creuse s’éveille. Et avec elle, tablettes et smartphones. Sur l’écran d’accueil de son Samsung B70X : 8 mars 2027. Petit à petit, Léo émerge de ses rêves. Et Xiana n’y est pas pour rien. Cette petite voix, configurée sur le mode « réveil tendresse » fait partie du de son quotidien. Tous les matins depuis bientôt deux ans, elle a remplacé tous les objets futiles et encombrants de la vie de Léo. Finis donc réveil matin, poste radio, journaux imprimés et agenda. Désormais, il y a Xiana. Léo l’écoute. « Ting : Bonjour. Nous sommes le lundi 8 mars 2027. Il est 7 heures et 4 minutes à Guéret. Aujourd’hui, le soleil sera au rendez-vous. Prévoyez toutefois une petite laine pour la fin de journée, le ciel risquera de se couvrir. Que voulez-vous savoir aujourd’hui ? »

Divertissement, manifestations prévues pour lutter contre les inégalités hommes-femmes, résultats du match de cette nuit Manchester United – Phoenix… Il n’a que l’embarras du choix. C’est après quelques secondes de réflexion, qui lui paraissent une éternité lui qui n’a plus l’habitude d’attendre, qu’il se décide enfin : «Actualité sportive internationale». Et là : magie. Ni une ni deux, Xiana s’exécute. «Vous vous êtes endormis à 23 heures et 2 minutes. Levé à 7 heures 4. Voici ce qu’il s’est passé dans l’actualité sportive internationale durant ce laps de temps…». Remerciez nous, on vous épargne la suite robotisée de l’échange. Les informations écrites à l’aide d’algorithmes s’enchaînent dans l’oreille de Léo.

Un robot qui murmurait à son oreille

Il se souvient de ces années passées, dépourvues de ces technologies pourtant si indispensables. Il entend sa mère à nouveau l’apostropher alors qu’il est pendu à son téléphone pour la énième fois de la journée : « si ça continue, on va te greffer un téléphone dans l’oreille, ça sera plus simple ! » Depuis, la technologie a fait d’immenses progrès, rendant sa mère à moitié voyante. Bluetooth puis intelligence artificielle : une chose est sûre, les oreillettes ont fait du chemin depuis leur seule existence dans les livres de recettes. Bien sûr, tout ne s’est pas fait du jour au lendemain, loin s’en faut ! Les premiers  « ear programs » (comprenez programmes pour oreille ; en anglais les inventions ont tout de suite plus de classe) n’avaient même pas la reconnaissance vocale. Léo devait donc allumer son précédent modèle de façon digitale, chose tout à fait impensable, démodée et désuète de nos jours. Pire encore, on ne pouvait pas configurer la voix qui nous réveillait ! Mais ça, c’était avant.

 

L'ear program que porte Léo l'aide au quotidien. Crédit photo : Pixabay - EsaRiutta

L’ear program que porte Léo l’aide au quotidien. Crédit photo : Pixabay – EsaRiutta

7 h 30 : un café serré et un bon croissant pur beurre plus tard, Léo s’apprête à aller se doucher. Pendant que la température de l’eau se régule en coulant à flot (mesures écologiques de Trump obligent), le trentenaire paramètre la paroi de sa douche pour diffuser la matinale de France Inter. Depuis que Vincent Bolloré a sauvé le service public, l’émission est nettement plus divertissante. Surtout qu’à cette heure-là, c’est Cyril Hanouna qui présente les informations du jour. De quoi commencer la journée du bon pied. Ah, la paroi de douche … il y a de quoi en faire un musée… De l’objet purement fonctionnel au gadget fétiche, les parois ont beaucoup servi avant de connaître l’avancée technologique qu’elles connaissent aujourd’hui. 60 degrés plus tiède ou chaîne d’information, le principe est le même : il suffit d’un léger effleurage de la main pour mettre en route la machine.

La 4G est morte, vive la 6G

7 h 45 : Révolu le temps où le facteur distribuait le journal, finie la queue matinale au kiosque de la rue d’en face, inexistants les abonnements à la presse papier. Son métier d’ingénieur en génie civil l’oblige à être à la pointe de la technologie, connecté en permanence. Et cela passe par le souci du détail. Léo ne se contente pas de recevoir comme chaque matin son journal favori en pdf. Il le projette en face de lui en hologramme. Fini donc le débat stérile entre les pro-papier qui ont besoin de toucher et les adeptes de la technologie et de son côté pratique. Avec l’abonnement «100% informé, 100% connecté, 100% vrai» auquel a souscrit Léo, les options olfactives et tactiles sont incluses. D’un simple geste du doigt, il contrôle tout : taille de police, pages qui se tournent, zoom, copier-coller, envoi de l’holojournal à un collègue … tout est pensé pour lui faciliter la vie.

8 heures, l’heure de partir au travail. Prendre la route à une heure de pointe et être coincé dans les embouteillages ? Rien de plus relaxant. Depuis l’invention des bluecars du patron du service public, Vincent Bolloré, plus besoin de focaliser son attention sur la route. Leibniz et Adolf Huxley n’ont qu’à bien se tenir, car le meilleur des monde (possibles) est effectif en 2027. Les mots d’ordre de cette époque ? “Rentabiliser pour économiser !” Le temps, l’argent, l’attention, les décisions : tout y passe.

Alors Léo profite de ces instants de calme pour relire et préparer les dossiers qu’il aura à traiter dans la journée. Un gain de temps.

Bluecar, boulot, dodo

Tic tac, tic tac. Même en 2027, les minutes défilent. Il est 8 heures 30 lorsque notre ingénieur en génie civil arrive à son poste, plus prêt que jamais à travailler. Oubliez tout ce que vous pensiez savoir sur les brainstorming du matin. Aujourd’hui, 8 mars oblige, on demande l’avis sur un gros dossier aux deux seules femmes de l’équipe. Le hic ? aucun, puisque la distance n’est plus un frein à la communication, avec la version 3D de Skype. Et comme en 2027 nous sommes encore tous des Janusz Korwin-Mikke, la réunion risque d’être longue et épineuse.

 

10h30 : La plaisanterie a assez duré. Une dizaine de minutes plus tard, les hommes reprennent enfin les choses en main et décident d’eux-mêmes de ce qui est bon pour l’entreprise. Après les décisions, place à l’action.

12h : Pour profiter pleinement de leur temps libre, une seule solution : ne pas en perdre. Et ça tombe bien, car l’entreprise d’ingénierie civile a investi dans les nouveaux platco, les plateaux connectés à 12 000 euros/pièce. Le temps, c’est de l’argent. 2027 en est la preuve ultime.

Have a break, have a platco

Léo est positionné loin dans la file d’attente, de sorte qu’il ne sera pas servi avant une bonne vingtaine de minutes. Grâce à la technologie mise à disposition dans le réfectoire, il peut suivre l’actualité tout en faisant mine d’écouter les périples de son collègue Luigi. Rester informé, rester connecté tout en étant sociable, c’est le slogan que veut promouvoir la marque de plateaux repas 6G tactiles. Un collègue qui lui parle de Haroun, le dernier humoriste à la mode ? Hop, 3 petits clics plus tard, et il se retrouve là, au beau milieu de la queue, à se poiler de rire devant un plateau de cantine. Bien sûr, de temps à autre, au fil de la navigation sur les réseaux sociaux, Léo tombe ça et là sur quelques informations qui ont fait l’actualité. Sur la version PDF du Monde, on peut lire qu’un chat a été sauvé par un CRS lors d’une manifestation et les exploits d’un homme dans un cloud récréatif. Ces informations amusent Léo, il les partage à ses amis. En 2027, pas question de choisir un seul réseau social pour amuser la galerie, alors Léo appuie sur «All social networks» et voilà que tous ses amis reçoivent une notification sur Instagram,Facebook,Twitter,Google +.

Après le repas, Léo se promène pendant une vingtaine de minutes dans l’espace «d’air pur», un espace aménagé avec des plantes vertes et sans aucune pollution. Donald Trump les a interdit aux Etats-Unis mais en France, on tient bon pour préserver la santé des Français.

 

L'espace d'air pur dans lequel se détend Léo après sa pause déjeuner. Crédit photo : Wikipédia, William Helsen de Antwerp

L’espace d’air pur dans lequel se détend Léo après sa pause déjeuner. Crédit photo : Wikipédia, William Helsen de Antwerp

A 14h, il est déjà l’heure de reprendre le travail. Léo retourne au bureau et poursuit le travail entamé ce matin. Le dossier est épineux et il doit régulièrement regarder sur Internet si le droit n’a pas changé. Il y a une dizaine d’années, se connecter aurait été compliqué dans la Creuse. Mais désormais, le département est sur-connecté… Il y a des antennes relais tous les 25 kilomètres et la fibre a dépassé le réseau wi-fi. Avant même que Léo n’ait fini de rechercher une information, il a déjà la réponse. En plus, son ordinateur sait comment Léo travaille. Les cookies de la décennie dernière ont été remplacé par des donuts, des véritables traceurs de la vie informatique des uns et des autres. A tel point que Xiana est même capable de dire à Léo s’il est en bonne santé et jusqu’à quelle heure il peut travailler dans l’état actuel des choses… En l’occurrence Xiana chante dans l’oreille de Léo que l’heure de la fin de la journée a sonné.

1, 2, 3, télé !

Il est 17h30 quand Léo remonte dans sa bluecar. Il se laisse porter et en profite pour regarder un extrait du match de football qu’il a loupé hier soir… Comme s’il y était, l’ingénieur a accès aux ambiances du stade et même au briefing du coach avant le match. S’il y a bien un champ journalistique qui n’a pas changé ces dix dernières années c’est le sport. On entend toujours des phrases toutes faites comme “On va aller chercher les trois points… On a conscience que ça ne va pas être facile car on est un peu dans le creux de la vague mais on va essayer de faire au mieux». Léo écoute les impressions des joueurs de Manchester, vainqueurs de Phoenix sur le score de 7 à 4. Les Américains ne sont décidément pas faits pour le soccer…

A 18h, Léo est chez lui. Il allume ses trois écrans, Xiana sait quel programme proposer à son propriétaire. Ce soir ce sera Orange is the new blue sur le premier, Journalier sur le deuxième et InfoFrance sur le dernier. Léo regarde ses écrans mais il est surtout concentré sur la vidéo que vient de lui envoyer son ami Robert. Parti à l’autre bout de la planète, Léo se rend compte du chaos subi par les Etats-Unis, Donald Trump a fait construire des Trump Towers dans toutes les capitales d’États des Etats-Unis. Il y passe une nuit à chaque fois pour voir si sa vision mégalomane des choses est acceptée par les habitants du pays… Alors la vie du meilleur ami de Léo est très difficile. Robert songe même à rentrer en France… Suite à une visite virtuelle, Léo décide de commander à manger. Xiana apparaît sous la forme plus ou moins ressemblante de Natalie Portman et lui commande des sushis, ses préférés.

Xiana en pleine action, commandée par des algorithmes. Crédit photo : Pixabay, Geralt

Xiana en pleine action, commandée par des algorithmes. Crédit photo : Pixabay, Geralt

Quatre minutes après, le livreur sonne à la porte pour apporter les sushis. Léo n’a pas besoin de le payer, il a tout réglé sur Internet. D’ailleurs le web suggère au trentenaire de sortir ce soir… Il lui propose d’assister à une pièce de théâtre, d’aller au cinéma ou d’aller au cabaret.

Hologramme café

Léo décide d’aller au cabaret, un spectacle burlesque pour se détendre. Le spectacle a lieu à Lyon mais avec la banalisation des hologrammes, tout est accessible. Léo assiste donc à ce spectacle. Avec un brin d’humour et beaucoup de finesse, les comédiens reviennent sur l’actualité… Tout y passe, de Vincent Bolloré à Nadine Morano en passant par Donald Trump et Jean-Pierre Elkabbach. Léo rigole à gorge déployée, comme la centaine de spectateurs présents ce soir-là. Les bonnes blagues, il pourra les raconter demain autour de la machine à café.

Vers 22h, Léo rentre chez lui. Au moment de passer à la salle de bain, il configure le miroir pour choisir ses vêtements du lendemain, la paroi de douche demande aussi si demain sera comme aujourd’hui, matinale de France Inter avec Cyril Hanouna… Léo confirme. Puis au moment d’aller dormir, c’est Xiana qui comprend qu’il va falloir analyser le sommeil de son  propriétaire.

Cassandre Jalliffier
Estelle Lévêque