Les journalistes sont morts, vive les journalistes amateurs


A quoi servent les journalistes ? Sont-ils encore utiles à la démocratie ? Dans 10 ans, où seront-ils ? Qui seront-ils ? Que feront-ils ? L’iPhone aura-t-il supplanté la caméra à l’épaule ? 

La question du journalisme amateur n’est pas nouvelle. Depuis des années, les experts prédisent la fin du journalisme professionnel. Les réseaux sociaux sont désignés comme son ennemi. Comme déjà vu lors d’événements historiques comme les Printemps arabes, les première nouvelles qu’on a sont celles de journalistes amateurs. À cause des innovations techniques, les portables avec une caméra à haute définition, des comptes Twitter et des sites web WordPress, il semble urgent de se demander : 

Qu’est-ce que sera un journaliste dans 10 ans ? Si dans 10 ans la presse écrite est remplacée par les réseaux sociaux, est-ce que l’on aura encore besoin de journalistes ? La plateforme Instant Articles de Facebook passera-t-elle pour un média global ? Si tout le monde peut diffuser du contenu et avoir un écho, est-ce encore utile de payer des journalistes pour le faire ? Est-ce que nous ne serons pas tous des journalistes dans 10 ans ? Quelle place pour les blogueurs, journalistes amateurs de la première heure ? N’étaient-ils pas considérés comme la “prochaine vague” de journalistes, qui déstabiliserait les médias en place ? Est-ce encore utile de former des journalistes ? Est ce qu’on aura besoin d’articles longs, bien recherchés et sourcés, s’ils sont tout de suite considérés comme fake news ?

La liberté de presse existera-t-elle encore ? Même si l’Europe se cherche une nouvelle identité à droite ? Même si la Maison Blanche bannit certains médias de ses conférences de presse ? Même si Donald Trump veut utiliser son statut de Président pour lever des fonds pour lutter contre les médias qui ne sont pas d’accord avec lui ?

Dessin de Catherine Créhange

Dessin de Catherine Créhange (Un dessin par jour). Réalisé pour lors des Entretiens du webjournalisme, 7e édition. ©Catherine Créhange

Réinvestir le terrain

Est-ce qu’un journaliste amateur aura la légitimité pour aller confronter les hommes politiques ? La volonté pour aller chercher la ligne d’un tableur Excel qui pourra faire tout basculer ? Est-ce que le texte sera définitivement remplacé par des vidéos, des images et du son ? De l’information prête à consommer, voire pré-digérée ? Sera-t-on encore dans la réalité ou est-ce que la réalité virtuelle sera notre nouvelle place to be ?

La renaissance du journalisme professionnel ne passera-t-elle pas par le long format ? Le format news ne sera-t-il plus qu’un vestige laissé aux amateurs ? Puisqu’ils sont constamment présents sur le terrain, n’est-ce pas préférable de leur laisser la main dans ce domaine ? Le journaliste de formation se devra-t-il de faire plus de terrain, a contrario ? Un véritable enquêteur plutôt qu’un mégaphone ? Que va devenir le journaliste de desk ? Son rôle va-t-il devenir celui d’un community manager ? Sera-t-il encore considéré comme journaliste malgré tout ? Les journalistes, amateurs ou non, devront-ils connaître toutes les nouvelles techniques et utiliser tous les réseaux sociaux ? Peut-on leur demander une telle exigence ? Est-ce que les journalistes sont encore à la pointe de l’actualité ?

On ne sait pas. Actuellement, on ne peut que faire des suppositions. On pourrait se creuser la cervelle à propos de l’avenir pendant des heures. En espérant qu’il sera mieux ou, au moins, moins pire que l’actualité.

 

Lisa Radda
Lucas Hueber